« Cher fieul, 1914-1919 » par Louis Victorien Désiré Dutin (1)

Denis, mon grand-père, n’a pas été le seul de sa famille ou de ses proches à écrire pendant la guerre. Depuis que le projet de parler de lui et de sa correspondance a vu le jour, et au fil de mes recherches sur la Grande Guerre et l’histoire des régiments, il me semblait injuste que… Lire la suite « Cher fieul, 1914-1919 » par Louis Victorien Désiré Dutin (1)

Verruyes, XIXe siècle – Le méli-mélo des Niv(e)au(lt)

Lorsque je débute mon arbre généalogique, du côté maternel, je sais que je vais avoir à gérer des homonynies et que je vais devoir faire attention à ne pas m’emmêler les pinceaux… Le père de ma mère s’appelle Niveault, Denis Niveault. Avec un E au milieu et LT à la fin. Branche 1. La grand-mère… Lire la suite Verruyes, XIXe siècle – Le méli-mélo des Niv(e)au(lt)

Verruyes, 1894 – Louise s’appelle Niveau et pas Nivault !

Dans les années quatre-vingt, sans internet, je vais au plus simple. Mon grand-père est né à Saint-Georges de Noisné, et non à Verruyes où, comme je l’ai dit précédemment, je passe régulièrement des vacances. Si Saint-Georges n’est qu’à quelques kilomètre de Verruyes, je décide cependant d’écluser toutes les pistes verruyquoises avant de passer à d’autres… Lire la suite Verruyes, 1894 – Louise s’appelle Niveau et pas Nivault !